★★★★☆ La guerre de Molly West
Molly West, planche du tome 2 © Vents d'Ouest / Fourquemin / Charlot / ZeppegnoSynopsis]Pour venger la mort de son fils aux dernières heures de la Guerre de Sécession, Molly West a dérobé un pactole au Major Hood, prêt à toute les compromissions pour amorcer une carrière politique…

Doté d’un caractère bien trempé et d’une bonne éducation, Molly décide d’utiliser sa fortune pour monter le projet fou d’une bibliothèque itinérante tenue exclusivement par des femmes qui se seront donné pour but de donner accès à la culture aux habitants des régions les plus reculées… Avec le dévoué Diego et le jeune et turbulent Artemus, Molly recrute une poignée de bibliothécaire dont Annie, une ancienne infirmière noire, dont on comprend rapidement qu’elle a eu maille à partir avec le sinistre Major…

Lorsqu’elle apprend que le Major s’apprête à organiser une grande manifestation à Palmito Ranch pour rallier les suprémacistes du Klu klux klan du Général Gordon, Molly décide de s’inviter à la fête…

Molly West, planche du tome 2 © Vents d'Ouest / Fourquemin / Charlot / Zeppegno
jouer avec les narratif et visuel du genre
Avec ce western aux accents féministes, Philippe Charlot et Xavier Fourquemin mettent en scène une femme farouchement libre et indépendante désireuse de venger la mort de son fils, ultime victime de cette guerre civile qui déchira les jeunes Etats-Unis et imprégna durablement l’histoire de cette jeune nation…

A travers cette série jeunesse faussement légère, les auteurs nous immergent dans la face sombre de l’Amérique… Car si Lincoln a aboli l’esclavage, nombreux sont ceux qui le regrettent amèrement et rêvent de son rétablissement. Témoin ce sinistre Major Hood qui, après avoir commis des crimes de guerre au terme du conflit, se rêve une carrière politique et tente d’entrer dans les bonnes grâces des affreux du Ku Klux Klan par pur calcul électoraliste… Truffé d’humour, de réparties cinglantes et de scènes cocasses, la série où chaque tome se veut auto-conclusif, aborde ainsi des thèmes graves et sérieux à travers le prisme de la parodie de western… Molly West, planche du tome 2 © Vents d'Ouest / Fourquemin / Charlot / Zeppegno Si le personnage lettré et déterminé de Molly West s’avère rapidement attachant, ses acolytes sont loin d’être en reste, chacun ayant son petit caractère, de Diego qui n’hésite pas à pointer les contradictions de sa patronne à Artemus gamin espiègle qui joue les électrons libres, sans oublier Annie dont on devine rapidement qu’elle a un lourd contentieux avec Hood ou l’inquiétante mère du Major Hood…

C’est toujours avec un réel plaisir que l’on retrouve le dessin formidablement expressif de Xavier Fourquemin dont le style semi-réaliste fait une fois de plus merveille. Le dessinateur semble prendre un réel plaisir à se replonger dans l’univers du western qu’il avait exploré avec jubilation dans Outlaws en compagnie de Dieter… L’artiste joue avec malice des codes du western, fusse-t-il hollywoodien ou spaghetti, pour poser des décors particulièrement convaincants et des personnages aux trognes parfois taillés à la serpe, parfois tout en rondeur ou plein d’élégance… Qu’il est bon de lire un album dont le dessin est doté d’une forte personnalité et d’un trait si reconnaissable !

Molly West, planche du tome 2 © Vents d'Ouest / Fourquemin / Charlot / ZeppegnoDans la droite ligne du premier opus, La vengeance du diable remet en scène cette femme cultivée et vengeresse qui lutte avec ses armes et n’hésite pas à faire par-ler la poudre pour combattre l’injustice et éclairer ces terres sauvages…

Entouré d’une bande de personnages attachants, elle s’est mise en tête d’apporter la culture dans les zones reculées, sans perdre de vue un instant l’envie de ce manger du triste Major Hood qui rêve d’une carrière politique et tente de se rapprocher du sinistre Ku Klux Klan…

Truffé de références au genre très codifié qu’est le western, le dessin semi-réaliste et si caracté-ristique de l’inénarrable Xavier Fourquemin sert remarquablement le scénario iconoclaste de Philippe Charlot, bien moins lisse qu’il n’y parait… Car, bien que destiné à la jeunesse, Molly West aborde des thématique plus sombres de façon intelligente, atténuant le propos par l’humour des dialogues.


- On peut savoir ce que vous allez faire avec votre argent, Molly ?
- Je vais développer cette idée de bibliothèque itinérante, embaucher quelques assistantes, acheter des livres…dialogue entre Diego et Molly

Chronique by Le Korrigan