★★★★★ garder l'espoir en la science et l'humanité
El l'homme créa les dieux, planche de l'album © Futuropolis / Béhé / BoyerLa part de la fiction dans la BD « Et l’homme créa les dieux » de Joseph Béhé est réduite au strict nécessaire : un simple dispositif de narration.

Ce dispositif, c’est un barbecue entre amis, autour d’un invité inhabituel : un scientifique, dénommé Pascal. Il s’agit en réalité de Pascal Boyer, l’auteur de l’essai éponyme à partir duquel a été adaptée la BD. Sa spécialité universitaire, ce sont des sciences sociales : l’anthropologie, la psychosociologie, avec quelques incursions dans les neurosciences. Son thème de recherche, ce sont les croyances et plus précisément les religions. Les convives du barbecue sont loin d’être des imbéciles. On pourrait dire qu’ils sont issus de « la société civile ». Ils ont déjà leurs idées sur le sujet, qu’ils soient croyants, athées ou quelque chose qui ressemblerait à un pacte de non-agression entre science et foi...

Plus nous avançons dans la discussion et dans la nuit, plus les postulats sont démontés les uns après les autres, sur la base de résultats de recherches exposés par Pascal.

El l'homme créa les dieux, planche de l'album © Futuropolis / Béhé / BoyerIl en profite pour expliquer les mécanismes qui entrent en jeu dans l’adoption des religions, dans leur transmission et dans leur développement organisationnel. Tous ces aspects complexes et entremêlés sont décortiqués avec la dextérité d’un boucher découpant une carcasse, c’est-à-dire avec distance et savoir-faire.

Saluons le travail fourni et rigoureux de vulgarisation des connaissances, très bien conçu graphiquement. Les dessins de Joseph Béhé sont à la fois beaux et explicites au travers de schémas astucieux. Je pensais que les américains étaient loin devant avec leurs manuels dessinés « Economix » (la première histoire de l’économie en BD) ou « Logicomix ». Mais voilà que « Le monde sans fin » de Blain et Jancovici remporte un énorme succès en librairies et que « Et l’homme créa les dieux » est publié chez Futuropolis en 2020.

Ces auteurs ont de quoi être fiers (et leurs éditeurs aussi). Ils nous font garder espoir en la science et en l’humanité. Et on en a bien besoin en ce moment…

par Blandine Lanoux
Chronique by Les Invités