★★★★☆ Drôle et mordant
Métro boulot boulot, planche de l'album © Delcourt / HubyAprès Vivons décomplexés et Vivons décomplexés, Germain Huby est de retour avec un nouvel album qui brosse un portrait lucide et décalé de notre société en général et du monde du travail en particulier.

Alors que la pandémie nous a contraint de réfléchir sur notre rapport à un monde du travail en pleine mutation, avec le développement du télétravail et l’intrusion dans nos vies des nouvelle technologie qui s’accélère, l’auteur croque avec humour des situations ordinaires en faisant un petit pas de côté et en déplaçant sans vergogne le curseur pour en faire ressortir avec malice et dérision toute l’absurdité.

autopsie d’une société à la dérive
Avec un sens aigu de la dérision, l’auteur croque ses contemporains au fil de strip savoureux, égratignant gentiment pêlemêle : collègues, patrons, hiérarchie, société 2.0, retour à la terre ou parentalité… Dérivé d’un slogan estudiantin de mai 68, lui-même emprunté à un poème de Pierre Béarn datant de 1951, le titre résume assez bien l’esprit de cet album irrésistible et irrévérencieux.

Avec Métro, boulot, boulot, Germain Huby croque avec mordant et lucidité les travers de notre société en général et du monde du travail en particulier.

Malicieux, incisifs et joyeusement décalés, ses strips toujours drôles et parfois même parfois hilarants vous feront passer un agréable moment, vous incitant, sait-on jamais, à réfléchir à la place qu’occupe le travail dans votre vie ?

Chronique by Le Korrigan