Haut de page.

Damn Them All #1
Damn Them All



Fiche descriptive

Dark Fantasy

Damn Them All

Tome 1

Simon Spurrier

Charlie Adlard

Sofie Dodgson

Delcourt

Contrebande

14 février 2024


17€50

9782413082668

Chronique

Ellie "Bloody El" Hawthorne est une anti-héroïne, occultiste, dont les services sont à louer. À la suite de la mort de son oncle, un détective de l'occulte, les 72 démons de l'Ars Goetia sont mystérieusement libérés de leur royaume infernal.

Ellie va devoir pourchasser chacun de ces démons et les renvoyer en enfer par tous les moyens nécessaires, que ce soit de l'Eau bénite ou... son bon vieux marteau rouillé !
un excellent album!


le marteau de la sorcière
Damn Them All, planche du tome 1 © Delcourt / Adlard / Spurrier / DodgsonEllie Hawthorne a été initiée aux arts occultes par son oncle Alfie Hawthorne, détective de l’occulte reconnu et réputé et monnaye ses pouvoirs et ses connaissances auprès de mafieux peu recommandables…

Suite à la mort mystérieuse de ce dernier les règles qui régissaient jusqu’alors les invocations sont chamboulées de fond en comble… Les soixante-douze démons mentionnés dans l’Ars Goetia semblent avoir pris résidence sur Terre et les invoquer est désormais à la portée du premier venu, semant une sacrée pagaille sur notre petite planète…

Assistée par Dora, l’ancienne maîtresse d’Oncle Alfie, et de Carline, un occultiste de sa connaissance, Ellie Hawthorne va tenter de remettre un peu d’ordre dans ce joyeux bordel orchestré par Theo Bolster, un industriel versé dans l’ésotérisme et ponte du Club des 500, une société hermétique, héritière de John Dee, scientifique élisabéthain versé dans l’alchimie, la divination et l'hermétisme.


Damn Them All, planche du tome 1 © Delcourt / Adlard / Spurrier / Dodgson
L'enfer est vide, tous les démons sont ici (William Shakespeare)
Simon Spurrier (scénariste de Coda omnibus (dessiné par Matías Bergara) ou du Beffroy (avec Jeff Stockely)) et Charlie Adlard, dessinateur du fascinant Walking Dead de Robert Kirkman et du brillant Altamont (sur un scénario de Herik Hanna) associent leurs talents pour donner naissance à une série d’action fantastique mettant en scène une sorcière badass armée d’un marteau dont elle use avec une redoutable et sanglante efficacité…

Le scénario s’avère particulièrement bien construit et entraînant avec un personnage borderline plutôt attachant que l’on découvre en immersion dans une première séquence où on est littéralement à la place de Ellie Hawthorne en train de discuter avec oncle Alfie qui accepte, enfin, de céder à sa demande insistante et de l’initier aux sciences occultes… Cette première scène donne d’emblée le ton tandis que le pot offert après la cérémonie d’enterrement dérape rapidement avec l’arrivée impromptue de mafieux cagoulés suivie de l’invocation d’un démon joliment retranscrit par des effets visuels soulignant la distorsion de la réalité… L’approche de la magie s’inscrit dans une veine « classique », avec le nécessaire sacrifice pour faire appel aux forces occultes, le choix judicieux des termes du contrat qui peuvent être détourné et le fait que, généralement, cela coûte aux démons d’être arrachés à leurs enfers…

Damn Them All, planche du tome 1 © Delcourt / Adlard / Spurrier / DodgsonSi le caractère d’Ellie s’avère bien trempé, celui des démons est lui aussi bougrement original et quelque peu inattendus dans leurs attitudes interlopes devant le changement de paradigme auquel ils doivent faire face tandis que les différentes réactions des quidams se voyant offrir un pouvoir vertigineux sont elles aussi bien pensées… de même que le lien étrange qui se tisse entre le démoniste et la créature invoquée qui donne lieu à de savoureux dialogues… Véritables parenthèses occultes sensément rédigés par Ellie Hawthorne dont le l’attitude cynique et désabusée s’avère savoureuse, de petits textes qui viennent ponctuer le récit, lui apporta,t un coloration fascinante qui devrait ravir les amateurs d’In Nomine Satanis / Magna Veritas, Jeu de rôle résolument second paru au crépuscule des années 80… Mais mon personnage préféré reste en définitive l’Oncle Alfie, certes quasi défunt à l’amorce du récit, mais qui va se révéler au fil des pages et des révélations qui émaillent ce récit délicieusement alambiqué…

Le scénario de l’impressionnant Simon Spurrier est comme il se doit remarquablement bien servi par les crayons d’un Charlie Adlard très inspiré… Ses cadrages percutants, son approche graphique des invocations, le soin apporté à l’apparence de chacun des personnages, la façon de mettre en scène les rituels, l’apparence des démons, et le découpage résolument cinématographique de ses planches, sa façon de faire basculer une scène dans une violence sanglante sont l’expression du talent d’un auteur hors pair…
Damn Them All, planche du tome 1 © Delcourt / Adlard / Spurrier / Dodgson
Simon Spurrier et Charlie Adlard nous entraine à la suite d’Ellie Hawthorne, héroïne badass initiée par son défunt oncle aux sciences occultes, dans un polar ésotérique violent et glaçant…

Depuis la mort d’Oncle Alfie, n’importe qui semble à même d’invoquer de puissants démons et autres princes des enfers pour servir ses noirs desseins… Aidée par l’ancienne maîtresse de son oncle et un ami démoniste un brin branleur, Ellie va tenter de remédier à cette situation qui pervertit la pratique du métier…

Le trait puissant du dessinateur de Walking Dead porte avec une rare efficacité le récit délicieusement retors de l’auteur de Coda, esquissant les contours d’un univers violent et envoûtant qui joue avec art avec les classiques de la littérature fantastique… Déstabilisant mais joliment troussé, Damn Them All ravira à n’en pas douter les amateurs du genre…


- En fait, j’ai reçu l’ordination dans… voyons… cinq religions différentes.
- Quoi ? Comment est-ce possible ?
- C’est ça les superstitions. Si l’on croit à une, autant croire à toutes. Ce qui compte c’est de pouvoir choisir.dialogue entre Ellie Hawthorne et Dora

Le Korrigan




Vous aimerez si vous avez aimé...


Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

Hellywood est un jeu permettant de jouer dans l'ambiance des romans et des films du genre Noir ou "Hardboiled" : du "Faucon Maltais" à "L.A. confidential", en passant par les écrits d'Ed Bunker ou de MacBain, ambiance à laquelle Hellywood ajoute une légère touche de fantastique.
In Nomine Satanis / Magna Veritas se déroule sur une terre alternative où la religion et ses croyances ont un véritable impact. INS/MV ne vous propose rien de moins que d'incarner, au choix, des anges au service de Dieu ou des démons au service de Satan. Anges et démons qui ne sont que les pions d'une gigantesque partie d'échec, nommée le Grand Jeu, disputée entre Dieu et Satan et entamée le jour de la naissance du Christ.