Haut de page.

Capitaine Alatriste
Capitaine Alatriste



Fiche descriptive

Historique

Agustín Díaz Yanes

Viggo Mortensen, Elena Anaya, Ariadna Gil...

25 juin 2008 (2006 en Espagne!)

2h 25min

Chronique
Capitaine Alatriste
sublime

Ce n'était pas l'homme le plus honnête, ni le plus pieux, mais c'était un homme courageux. Il s'appelait Diego Alatriste.

Tels sont les premiers mots du best-seller international d'Arturo Pérez-Reverte, "Le capitaine Alatriste". L'histoire se déroule dans l'Espagne impériale du XVIIe siècle, entre 1622 et 1643, sous le règne de Philippe IV, avant-dernier roi de la Maison d'Autriche. Philippe IV est un monarque faible et facilement manipulable, dominé par une Cour corrompue, agitée par les intrigues orchestrées par le très influent comte-duc Olivares. L'Empire espagnol décline lentement. La société souffre de ses nombreuses contradictions. Le luxe et l'opulence de l'aristocratie coexistent avec la misère et la vulnérabilité du peuple.
Ce monde déclinant est le théâtre des aventures de Diego Alatriste, fier soldat au service de Sa Majesté dans les Flandres, et mercenaire à Madrid et Séville en temps de paix.
un excellent film!


sublime
C’est peu dire que j’attendais avec impatience la sortie de Capitaine Alatriste au cinéma. Ayant fort tardé à sortir et n’étant passé que de façon très éphémère, cette production espagnole, adaptation des romans éponyme du grand Arturo Perez Reverte est quelque peu passée inaperçue. Cependant, nous ne pouvons que recommander le visionnage de ce film sublime, sombre et réaliste, bien qu’il n’atteigne pas le niveau des romans et de la plume affutée leur auteur.
L’intrigue de cette adaptation cinématographique emprunte à plusieurs tomes, ce qui lui confère un aspect plus que touffu, perdant grandement en finesse.

On y retrouve des éléments empruntés à Dumas et ce brave capitaine, s’il n’était aussi taiseux, évoquerait sans doute Cyrano par son panache et son désuet code de l’honneur. Au fil de ses campagne, son attachement au roi s’effrite à mesure que se fait jour le peu d’intérêt porté par ce dernier à ceux qui le serve… Son cynisme se fait plus acéré. Les relations qu’il entretient avec ses amis, ses frères d’armes, les nobles, mais aussi avec ses ennemis, sont intéressantes et complexes. On y retrouve la fougue et sang chaud que l’on prête aux hispaniques de ce temps. Il y a du Athos dans son attitude, tout comme on peut déceler une pointe de Dartagnan dans son jeune compagnon, du Milady dans Angelica du Richelieu en Conte d’Olivarez et du Rochefort derrière le spadassin italien… Mais quoi de plus normal puisqu’Arturo Perez Reverte a voulu rendre hommage à Dumas à travers le capitaine Alatriste.

Côté mise en scène, les scènes de combat sont dantesque. Si on rencontre certes des duels, ils sont violents, sanglants, froids et expéditifs. Point de passes d’armes interminables et spectaculaires ou de bottes mémorables. Lorsque deux armées s’opose, il ne est de même : une mêlée sauvage, sans les chorégraphies que l’on voit souvent dans ces films dit de cape et d’épée… Le vent de la folie furieuse souffle, alors que le sang coule… Alatriste se veut réaliste, tout comme le roman, même si l’auteur emprunte une pointe de romantisme à Dumas dans la relation aux femmes et aux intrigues qui s’ourdissent dans les coulisses du pouvoir. Celles-ci restent feutrée car, à l’instar de leurs protagonistes, on ignore tout de leurs tenants et aboutissants. Les costumes et la reconstitution historique pariassent quand à eux saisissants.

Un film magistral servit pas des acteurs talentueux qui aurait mérité plus d’attention et qui ravira tant les amateurs de Dumas que les amateurs d’histoire espagnole ou de cape et d’épée… et les amateurs des romans, évidemment !
Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche est référencée comme inspi pour 2 jeux de rôle.

Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l’une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L’espionnage, l’assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins… et même la sorcellerie, qui est l’œuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la Cour d’Espagne est tombée entre leurs griffes… Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Car l’heure est venue de reformer l’élite secrète qu’il commandait jadis, une compagnie d’aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d’élégance, de courage et d’astuce, ne redoutant nul danger. Les Lames du Cardinal !
Te Deum pour un massacre est un jeu de rôle historique se déroulant durant les guerres de religion qui ont déchiré le Royaume de France au XVIième siècle. Dans le crépuscule où sombre la chrétienté, la reine noire contemple les débris du royaume. Du haut des tours du Vieux Louvre, elle observe les brasiers qui rougeoient dans la nuit tombante. L'armée des Princes, l'armée des grands aristocrates calvinistes, est en train d'encercler la capitale. Les troupes incendient les faubourgs. Au même moment, des ruelles tortueuses de la ville assiégée, monte le lamento discordant des massacres. La populace catholique prend d'assaut les maisons des huguenots parisiens, traîne vers le seine des corps martyrisés.