Haut de page.

Tortuga 1667
Tortuga 1667



Fiche descriptive

Jeux familial

Facade Games

Travis Hancock

Sarah Keele

Facade Games

2 à 9 joueurs

14 ans et +

20 à 40 mn

Juillet 2023


26€95
Chronique

Nous sommes en 1667 et vous êtes un pirate naviguant dans les eaux des Caraïbes. Un galion espagnol se trouve à proximité, et vous avez convaincu vos coéquipiers de travailler ensemble pour voler tout son trésor.

Ce que vous n'avez pas dit à vos compagnons pirates, c'est que vous n'avez aucune intention de partager le trésor quand vous en disposerez. Vos coéquipiers vous ont dit qu'ils seront loyaux envers vous et qu'ils vont vous aider à débarquer les pirates trop cupides sur l'île rocheuse de Tortuga.

Mais vous avez vu les pistolets chargés de vos amis et entendu leurs murmures sur une mutinerie. Vous savez qu'on ne peut faire confiance à personne.
un excellent jeu!


La trépidante et incertaine vie de pirate
Tortuga 1667 (le plus grand numéro qu’un pirate puisse vous faire ?) nous entraîne au cœur des caraïbes dans l’âge d’or de la flibuste… Les joueurs y incarnent de valeureux pirates désireux de s’enrichir, certes, mais aussi et surtout de servir la nation à qui ils ont prêté allégeance : la couronne de France ou d’Angleterre ou celle des Pays-Bas…

Règles et matériel

Tortuga 1667 visuel © Facade Game / Hancock / KeeleLes jeux de Dark Cities, gamme éditée par Facade Games et localisée en France par Lucky Duck Game, ont toujours ce petit aspect « wahou ! » qui donne d’emblée furieusement envie d’y jouer… a l’instar d’un Bristol 1350 d’un Deadwood 1876 ou d’un Salem 1692, le jeu est proposé dans un magnifique boitage évoquant quelques livres anciens avec son élégante reliure en cuir finement rehaussée d’or… Y’a pas à dire, dans une étagère pleine de jeu, ça en jette grave !

A l’intérieur, une élégante carte (au trésor ?) roulée figurant la fameuse île de Tortuga, mythique repère des pirates, et trois fiers vaisseaux, le Hollandais Volant, le Pavillon Noir et un galion espagnol enfermant dans ses flans quelques coffres bien garnis… Et comment ne pas être séduit par les somptueuses illustrations de l’incroyable Sarah Keele qui a déjà sublimée d’autres jeux de la gamme… Ses personnages sont de toute beauté et, regorgeant d’informations, ses cartes et leur iconographie sont à la fois belles et pleinement fonctionnelles… Bref, ça donne furieusement envie de s’y plonger !

Tortuga 1667 aperçu du matériel © Facade Game / Hancock / KeeleBien que dense, le livret de règles (20 pages !) s’avère clair et bien écrit… Les rouages et les différentes actions s’offrant aux joueurs y sont décrites clairement et l’aide de jeu les récapitulant s’avère elle aussi bien conçue. Bref, du bien bel ouvrage… Il faudra pourtant plus d’une partie pour comprendre les mille et une finesse de ce jeu à rôle fluctuant et à obédiences secrètes…


Contenu de la boîte : 1 tapis de jeu, 32 cartes Vote, 24 cartes Evènement, 1 sac en tissu, 8 jetons Coffre (en bois !), 1 jeton explosion ainsi que, pour chacun des 9 joueurs, un Pion et 1 cartes Frères de la côte…


Déroulement d’une partie

Tortuga 1667, setting © Facade Game / Hancock / KeeleMise en place
Bien que s’articulant sur plusieurs points, la mise en place s’avère rapide : chaque joueur reçoit une carte Loyauté (dont il prend secrètement connaissance et dont la répartition dépend du nombre de joueurs), 1 carte Frère de la côte et trois cartes Vote qui constitueront sa main.

La pile formée avec les cartes événements est mélangée et la carte Invincible Armada placée sous la pile. 5 cartes sont tirées et posée face cachée sous le plateau de jeu.


1 jeton Trésor est placé à la proue de chaque bateau pirate, 4 dans le galion espagnol et deux sur Tortuga, dans chacune des zones d’influence…

Les pions sont mis dans le sac et tirés aléatoirement pour garnir, tour à tour, le Hollandais volant et le Pavillon Noir. Le Capitaine (le premier de chaque file de pirate se trouvant sur l’un ou l’autre navire) choisit dans quelle cale (Anglaise ou Française) il place le Trésor…

La Pirate Party peut commencer !

Déroulement
Tortuga 1667, cartes © Facade Game / Hancock / KeeleA son tour et selon son rôle (Capitaine, Second, Mousse, simple pirate ou Gouverneur de Tortuga), chaque joueur effectue une action.

A son tour de jeu, un pirate peut ainsi prendre secrètement connaissance de deux cartes Evènement, révéler (et appliquer !) une carte Evènement, déplacer son pion (d’un navire ou de Tortuga à une barque, d’une Barque à un navire ou à Tortuga) ou forcer un autre joueur à révéler une carte parmi deux…

Le capitaine (celui en tête de file sur l’un ou l’autre bateau pirate) peut lancer une Attaque sur le Galion Espagnol avec son équipage (ou seul s’il est seul à bord !) ou abandonner un équipier sur Tortuga. Le Second (le second dans la file d’un bateau pirate) peut fomenter une mutinerie alors que le Mousse (le dernier de la file d’un bateau pirate) peut avec malice déplacer un coffre d’une cale vers une autre… Le Gouverneur de Tortuga peut quant à lui appeler à une rixe sur son île, le camp vainqueur pouvant déplacer un Trésor du camp adverse vers le sien…

Abordage, Mutinerie ou Rixe étant chacune soumise à un vote ! Chaque participant joue secrètement une carte Vote (qui possède 3 caractéristiques, 1 pour chacune des affrontements). On ajoute à ce paquet la première carte de la pioche, on le mélange pour qu’on ne puisse pas savoir quelle carte chacun a joué et on les révèle pour connaître l’issue du vote… Un canon et une torche (non éteinte par un seau !) et l’abordage est un succès : le capitaine s’empare d’un coffre du galion et la place dans la cale de son choix. Plus de drapeau français que d’anglais lors d’une rixe sur Tortuga et un coffre anglais change de camp (et réciproquement). Plus de tête de mort que de barre et la mutinerie est un succès, le capitaine étant abandonné sur Tortuga…
Tortuga 1667, cartes © Facade Game / Hancock / Keele
Fin de partie
Lorsque la dernière carte de la pioche Evènement (l’Invincible Armada donc !) est piochée pour remplacer un évènement qui vient d’être appliqué, les 5 cartes restantes sont mélangées. La révélation de l’Invincible Armada mettant fin à la partie… Le camp possédant le plus de trésor remporte la partie… En cas d’égalité, les Pays-Bas sont déclarés vainqueurs…

l’Avis de la Rédaction

Tortuga 1667 aperçu du matériel © Facade Game / Hancock / KeeleVoilà un jeu aux règles simples et facilement assimilables qui ne se révèle qu’après quelques parties…

Car si les règles sont simples (une action à chaque tour parmi un choix restreint), leurs implications s’avèrent délicieusement subtiles… Rythmant la partie et décidant de son terme, les cartes évènements en sont l’un des rouages les plus important, de même que la capture des Trésors qui décideront de la victoire…

Les règles précisent bien que Tortuga 1667 n’est nullement un jeu de mémoire, chacun pouvant prendre (secrètement de préférence) les notes qu’il souhaite et raconter ce qu’il veut à ses équipiers ou adversaires : s’engager à soutenir un abordage alors qu’on œuvre à son échec, participer à une rixe en prétendant défendre telle ou telle couronne ou soutenir le capitaine qu’on avait juré de vouloir démettre et exiler sur Tortuga, la Loyauté de chacun, au départ secrète, impulse une dynamique assez savoureuse à la partie… On peut choisir de révéler rapidement son affiliation afin d’obtenir le soutien de ses complices ou au contraire brouiller les cartes le plus longtemps possible pour ne pas devenir la cible de ses adversaires et prendre de plein fouet les cartes Evènement les plus défavorables… Tout est affaire de choix… et de main !

Tortuga 1667, cartes perso © Facade Game / Hancock / KeeleLe mécanisme des votes, avec cette carte de la pioche ajoutée aux autres, la façon de réussir un abordage, une rixe ou une mutinerie s’avère tout à la fois simple et diabolique dans sa mise en œuvre… Que de plans qui s’effondre à cause d’une trahison mal anticipée ! Et si le jeu semble léger en début de partie, la tension va crescendo alors que l’ombre de l’Invincible Armada se profile à l’horizon ! Le camp en passe de gagner faisant tout pour accélérer le terme de la partie alors que les autres vont lancer toutes leur force pour tenter d’infléchir le destin… Et cela peut s’avérer être une sacrée aubaine pour les Pays- Bas qui doivent prendre garde à ce qu’aucun camp ne prenne un avantage par trop décisif !

Chaque rôle particulier peut avoir son intérêt à l’un ou l’autre moment de la partie et la connaissance des cartes Evènements disponibles offre de savoureuses interactions et d’infinies possibilités… Il y a certes une part d’impondérable dans la révélation d’une carte Evènement mais la possibilité de prendre le temps de les connaître, de reconnaître ses alliés et écouter leurs précieux conseils ou au contraire ses ennemis et prendre le contre-pied de ce qu’ils disent (à moins qu’ils ne cherchent à nous induire en erreur !) est l’un des grands plaisirs du jeu…

Porté par un matériel aussi magnifique qu’ergonomique (que les illustrations de Sarah Keele sont belles !) et un boitage somptueux figurant un livre ancien relié de cuir et rehaussé d’or et des règles simples et fluides, Tortuga 1667 s’avère être un jeu bien plus profond qu’il n’y parait…

Tortuga 1667, plateau © Facade Game / Hancock / KeeleA chaque tour, une action dont la liste dépend de la fonction que l’on occupe à bord d’un navire pirate (Capitaine, Second ou Mousse) ou sur Tortuga (Gouverneur)… A grands renforts d’évènements et d’habiles négociations ou d’entourloupes machiavéliques, les joueurs, répartis en plusieurs factions secrètes, vont devoir faire gagner leur camp en s’appropriant et en conservant le plus de Trésor (pour la France et l’Angleterre) ou en préservant l’équilibre pour les Pays-Bas…

Les mille et une subtilités de ce petit bijou de Travis Hancock apparaitront au fil des parties et les saveurs de celles-ci n’en seront que plus subtiles ! La tension va crescendo alors que se profile l’arrivée de L’invincible Armada, la moindre erreur d’appréciation s’avérant bien souvent fatale ! Mais qu’importe ! Yoho, une bouteille de rhum !



On aime...

les illustrations de Sarah Keele
le magnifique boitage du jeu
les règles simples au service d’une thématique forte
la profondeur insoupçonnée du jeu
la tension qui va crescendo
les retournements de situation

On n'aime pas...

perdre… suite à un retournement de situation impromptu smiley

Le Korrigan




Inspiration jeux de rôle

Cette fiche n' est référencée comme inspi pour aucun jeux de rôle.