Entretien avec Cedrick Chaboussit


Bonjour et merci de te reprêter au petit jeu de l’entretien…
Question préliminaire : lors de notre dernier entretien, nous étions sur le mode de tutoiement… Peut-on poursuivre ainsi ou as-tu vieilli à ce point qu’il me faille te vouvoyer ? smiley

Bonjour, oui j’ai vieilli, mais on va continuer de se tutoyer quand même !

Quoi de neuf depuis notre dernier entretien ?
Depuis la sortie de Tea for 2, je me suis rendu au festival « Orléans Joue », un des rares évènements ludiques qui n’a pas été annulé. J’ai ensuite observé avec curiosité les sorties de deux de mes créations : Shamans en janvier (Studio H) et Lueur en février (Bombyx). Il s’agit de mes deux jeux qui ont subi le moins de changements mécaniques entre le prototype et l’édition.

Comment as-tu vécu le confinement en tant que citoyen, joueur et auteur de jeu ?
Le confinement n’a pas eu un énorme impact sur ma vie si ce n’est le fait d’avoir réduit tous mes déplacements de manière importante. La découverte rapide de vaccins efficaces va nous permettre de sortir de cette crise sanitaire progressivement cette année je pense. Après avoir traité les conséquences de la crise, j’espère que nos dirigeants en étudieront les causes et questionner notre modèle de société.

Du côté des jeux, j’ai bien évidemment beaucoup moins joué, non seulement localement mais aussi (et surtout) à l’occasion des festivals, lors desquels je découvre habituellement les nouveautés. Tout cela combiné au fait d’avoir été très occupé par mon « vrai » travail, j’ai créé assez peu de nouveaux prototypes en 2020.

Lueur, de valeureux Aventuriers © Bombyx / Basso / Dutrait / ChaboussitQuelles sont tes dernières découvertes ludiques et quels sont actuellement tes jeux de chevet ?
J’ai beaucoup apprécié la combinaison originale eurogame-aventure de Paleo et la simplicité du concept de MicroMacro, des jeux qui ont beaucoup fait parler depuis. Et tout récemment, j’ai été agréablement surpris par Narak, je le conseille vivement pour les joueurs qui ont un peu l’habitude de la chose ludique. Mon jeu de chevet est Lueur, je retravaille dessus avant de poursuivre le développement d’autres prototypes en cours.

Tu quittes le Pays des Merveilles d’Alice et de Tea for 2 pour le monde plongé dans les ténèbres de Lueur… Quel fut l’idée de départ sur laquelle tu as créé ce jeu malin et lumineux ?
L’idée de départ date de fin 2016 : c’était simplement le dilemme proposé par un choix de cartes couplé à un choix de dés, les cartes s’utilisant sur le long terme et les dés temporairement. J’ai spécialisé les dés pour renforcer ce choix, et ça m’a semblé très intéressant. Le développement qui a suivi a été plutôt technique tout en veillant à rendre l’expérience de jeu la plus fluide possible. Le jeu a été signé avec Bombyx juste après le festival de Cannes en mars 2017.

Lueur, visuel © Bombyx / Basso / Dutrait / ChaboussitA quel moment du développement du jeu son envoûtante thématique s’est-elle imposée ?
Dans un premier temps, Bombyx m’a demandé de développer la piste de ‘Voyage’ et d’en créer d’autres. Ensuite Loig Hascoët (Directeur artistique) a eu cette idée folle de faire un jeu tout en noir et blanc dans l’univers de Ben Basso, pour faire ressortir les dés de couleurs et les éléments colorés. J’ai été très surpris par ce choix, mais finalement, c’est plutôt pas mal non ?

Oh que oui, ça donne au jeu une identité graphique unique, un véritable univers !

A quel moment as-tu eu l’idée brillante et audacieuse des dés dont le résultat sera utilisé tant pour activer les capacités de chacun des personnages que pour se déplacer sur la carte ? Sans oublier qu’ils orienteront les choix du draft de la manche suivante (et qu’il faudra en tenir compte dans ses choix de relance) !

L’idée est arrivée lors du développement mécanique du jeu, et elle avait pour objectif de ne pas rendre les tours répétitifs, d’ajouter un élément supplémentaire à prendre en compte et qui procurerait un sentiment de progression en cours de partie.

Lueur, pour une poignée de jetons © Bombyx / Basso / Dutrait / ChaboussitLes jetons de relance se sont-ils d’emblée imposés ou sont-ils venus plus en aval de la création du corpus de règles ?
Les jetons de relance étaient là dès le départ et au fil des parties, leur présence sur la piste de score a ajouté du contrôle là où on en a le plus besoin : en début de partie (avant de construire son moteur) et lorsque on est en retard sur les autres. J’ai souhaité proposer aux joueurs d’intégrer dans leur moteur un peu de contrôle, ou pas.

Le jeu s’avère particulièrement bien équilibré… Travailler à l’équilibrage des capacités des cartes et des différentes façons de scorer a-t-il été l’un des gros chantiers du développement du jeu ? Comment s’est organisé ton travail ?
J’ai tout fait pour que le jeu soit équilibré effectivement, ça passe par une bonne dose de calcul de probabilité et de travail sur Excel. Cette partie du développement est la plus facile pour moi, on transforme des sensations que l’on veut transmettre en chiffres (nombre de cartes, de dés, de points de victoire, de relances...). Cela conduit aux éléments concrets du jeu, qui vont permettre de tester et voir enfin si la mayonnaise prend ou pas !

Lueur, le proto (2017) © Cedrick ChaboussitLe jeu est introduit par une nouvelle rédigée à la façon d’un carnet de voyage… Qui a eu cette judicieuse idée qui immerge d’emblée les joueurs dans ton univers ?
Cette idée est à mettre au crédit de Laura Rouquié qui a suivi le projet depuis le début. Elle s’est occupée des règles de Lueur et a proposé d’y ajouter cette introduction immersive, nous avons tous trouvé ça très chouette. Laura a apporté sa propre vision à Lueur, et je l’en remercie.

En début d’année sortait Shamans, un jeu au design original (que l’on doit à Maud Chalmel) et attractif sorti chez Studio H en début d’année. Comment est né ce jeu atypique mais captivant mêlant identité secrète et jeu de pli ?
Maud a effectivement fait un travail incroyable, j’ai eu là aussi beaucoup de chance de travailler avec une équipe talentueuse sur Shamans !

Shaman, le jeu © Studio HL’idée de base est venue après de nombreuses parties de Time Bomb avec ma famille, nous adorons y jouer. Le facteur chance y a une place importante, ce qui peut être très frustrant. En gardant cette structure classique de jeu à rôle caché, j’ai eu l’idée d’y intégrer une mécanique de type jeu de pli. J’ai senti un gros potentiel de synergie lors de la coupe, on peut y être obligé (pas de bluff) ou le choisir (bluffer). La suite a été un enchainement de parties pour peaufiner les sensations de jeu et toutes les situations possibles.

Peux-tu en quelques mots nous parler de tes projets présents et à venir ?
Mon troisième (et dernier) jeu de 2021 sortira fin avril et se nomme Lost Explorers, chez Ludonaute, mon éditeur de cœur. C’est un jeu ultra-rapide à mettre en place et très nerveux. Il offre un choix difficile de prise de jeton pour sa ressource ou son objectif. Il a aussi un côté très calculatoire car les joueurs peuvent voir tout au long de la partie l’ordre de sortie des jetons par leur tranche. Il a été là aussi mis en image avec grand talent par Christine Deschamps, dans un univers à la « Indiana Jones ».

Shaman, le proto (2018) © Cedrick ChaboussitTous médias confondus, quels sont tes derniers coups de cœur ?
J’ai beaucoup apprécié Mystery Road, une série policière qui nous transporte dans les entrailles et les paysages à couper le souffle de l’outback australien. Il y a 2 saisons seulement, ça doit être encore disponible sur le site d’Arte.tv.

En tant qu’auteur, comment vis-tu ce nouveau confinement ?
Ce troisième confinement ne me semble pas en être vraiment un, à vrai dire j’ai l’impression que les gens sont un peu lassés et perdus et ne respectent plus grand-chose.

Shaman, le matériel © Studio HAurais-tu un jeu, un bouquin, un film et une série à conseiller à nos lecteurs craignant de s’ennuyer pendant ce confinement light ?
Avec le premier confinement, je me suis mis à lire régulièrement des romans, ce que je n’avais pas l’habitude de faire, et je continue aujourd’hui avec plaisir. Je conseillerais la lecture des romans historiques de Jean Teulé, ce sont ceux qui m’ont le plus marqué. C’est un mélange de récits historiques un peu déjantés, de philosophie, avec une écriture très vivante, j’adore !

Avec quel auteur aimerais-tu être confiné ?
A choisir, je préfèrerais être confiné avec quelqu’un que je connais bien, car vivre ensemble, ce n’est pas seulement jouer ou créer des jeux. Je dirais donc Cédric Lefebvre ou Christophe Raimbault, si un des deux accepte !

Un dernier mot pour la postérité ?
Je laisserai mes jeux parler pour moi, c’est plus simple.

Un grand merci pour le temps que tu nous as accordé !
Article by Le Korrigan