★★★★☆ Conte cruel
Les Merveilleux Contes de Grimm, planche de l'album © Les Aventuriers de l'Etrange / Tamarit / GrimmJacob et Anja s’aimaient d’amour tendre mais ne pouvaient pas avoir d’enfant. Un jour, alors qu’elle épluchait une pomme au pied d’un genévrier, elle s’entaille le doigt et fait le vœu d’avoir un fils. Ce qu’il advint neuf mois plus tard… Mais Anja mourut d’avoir trop mangé de baies du genévrier le jour où elle mit son fils au monde… Son mari l’enterra sous l’arbre qu’elle aimait tant.

Jacob se remaria plusieurs années après et la marâtre, sur les conseils du diable, fit du garçon son souffre-douleur… jusqu’au jour où elle commit l’irréparable…


L’adaptation saisissante d’un conte cruel et violent…
Le conte du genévrier ne fait clairement pas partie de contes le plus connus recueillis et diffusés par Jacob et Wilhelm Grimm… Il faut dire que cette histoire de ce petit orphelin de mère tué par sa marâtre s’avère tout à la fois d’une violence terrifiante et d’une cruauté confondante… La méchanceté de la marâtre ne s’exerce pas uniquement sur le garçonnet mais aussi sur sa propre fille, sur qui elle fait peser tout le poids de la culpabilité pour masquer son crime, et sur son mari à qui elle fait manger son propre garçon en ragoût… Mais la marâtre n’est-elle que pure méchanceté ou est-ce les paroles vénéneuse du diable qui scelle son destin et celui de son beau-fils, puisant dans la symbolique du genévrier, arbre protecteur sous les branche duquel se réfugièrent Marie et Jésus pour échapper aux soldats d’Hérode…

Le récit s’emble s’inspirer de mythes et légende plus anciennes et le lecteur attentif y décèlera des motifs empruntés à d’autres contes, tel le sang se répandant dans la neige évoquant une scène du Schneewittchen des frères Grimm.

Les Merveilleux Contes de Grimm, planche de l'album © Les Aventuriers de l'Etrange / Tamarit / GrimmFort heureusement, l’autrice parvient à atténuer la violence du propos grâce à un dessin tout en rondeur qui distille une salutaire composante humoristique dans un récit d’une rare noirceur. Son formidable travail sur les couleurs baigne ses planches d’une lumière féérique alors qu’on retrouve avec un plaisir de gourment cette somptueuse couverture et ces dorures chatoyantes qui sont la marque de la série…

Récit méconnu des frères Grimm, le conte du genévrier permettra aux lecteurs de frissonner en découvrant toute la violence, la noirceur et la cruauté de ce récit abordant rien de moins que l’infanticide et le cannibalisme…

Pourtant, porté par le dessin généreux de Nuria Tamarit et un dénouement heureux, le conte s’avère plein de charmes et de magie… Et le fait qu’il soit peu connu dans nos contrées lui redonnent sa puissance évocatrice originelle, nous entraînant à la lisière ténue séparant l’horreur de la féérie…


Je fais le vœu d’avoir un enfant blanc comme neige et vermeil comme le sang.Anja
Chronique by Le Korrigan