★★★☆☆ Sous le ciel étoilé
La Prière aux Etoiles, planche du tome 1 © Bamboo / Holgado  / Scotto / Stoffel / Bouet / Marko / PagnolAlors que Dominique, son richissime amant, s’apprête à rentrer d’un voyage d’affaire, Florence, une jeune actrice un brin frivole, se prépare à sortir. Sa mère lui confie que le jeune homme s’apprête à faire sa demande. Cette nouvelle la laisse indifférente. Car, malgré le confort que leur relation lui apporte, elle n’éprouve pour lui aucun sentiment, au grand désespoirs de sa mère qui rêve de la voir épouser ce beau parti…

Pierre se considère comme un musicien raté qui a dévoué son art et mis en sourdine ses rêves de symphonies pour écrire des chansons…

Ni Pierre ni Florence ne sont heureux dans leur vie mais, le hasard d’une rencontre allait bouleverser leur vie et les faire entrevoir des lendemains radieux sous un ciel étoilé…


La Prière aux Etoiles n’est indéniablement pas l’œuvre la plus connue de Marcel Pagnol… Et pour cause ! C’est le titre d’un film inachevé amorcé en 1941 et que l’auteur a détruit à la hache pour ne pas avoir à collaborer avec l’occupant…

La Prière aux Etoiles, planche du tome 1 © Bamboo / Holgado  / Scotto / Stoffel / Bouet / Marko / Pagnol
Un film inachevée
S’inscrivant dans la savoureuse collection consacrée à l’œuvre du dramaturge, romancier et cinéaste, ce nouveau diptyque est l’occasion pour Serge Scotto et Eric Stoffel de redonner vie à cette histoire, comme les scénaristes avaient pu le faire avec Les Pestiférés, roman posthume de Pagnol. Pour la petite histoire, cette Prière aux Etoiles devait être une trilogie, à l’instar de sa poignante trilogie marseillaise en cours d’adaptation sous les crayons de Sébastien Morice…

Le récit s’éloigne de la Provence si chère à Pagnol mais on y retrouve la verve de ce dialogiste truculent qui n’avait pas son pareil pour donner à chacun de ses personnages cette parcelle d’humanité qui les rend tout à la fois fragiles et attachants… Il y a indéniablement une part de Pagnol dans Pierre comme dans Dominique… L’un a utilisé son argent et son réseau pour faire tourner Florence, la femme qu’il aime, et l’autre rêvait de musique symphonique, comme Pagnol de tragédie, et a, tout comme lui, dû revoir ses ambitions à la baisse et donner vie à des œuvres populaires… La Prière aux Etoiles, planche du tome 1 © Bamboo / Holgado  / Scotto / Stoffel / Bouet / Marko / PagnolLa séparation de Dominique et Florence entre quant à elle étrangement en résonnance avec celle de Pagnol et Josette Day, l’actrice principal du film, donnant peut-être une explication supplémentaire à la destruction des bobines du film par le cinéaste…

D’emblée antipathique, Dominique se montre un brin méprisant envers la femme qu’il dit aimer et à qui il demande de renoncer à sa marotte qu’est le cinéma pour n’être plus que sa femme… Mais, éprise de liberté, Florence ne peut se résoudre à se laisser enfermer dans une cage, fut-elle dorée… Pleine de charmes et de poésie, l’histoire d’amour qui se noue entre elle e tPierre apparait comme une évidence… La façon dont les deux amoureux vont se rapprocher, d’abord par hasard puis par le truchement d’une voyante, fait pencher le récit du côté de la comédie romantique, sans que l’on sache où elle va conduire nos deux amants dont le ciel semble se dégager, laissant entrevoir de premières étoiles scintillantes de mille feu…

Le dessin épuré d’Iñaki Holgado s’avère particulièrement agréable. Le dessinateur de Verdun campe des personnages attachants qu’on dirait tout droit sortis d’un films de l’époque, la couleur de Sébastien Bouet en sus… La Prière aux Etoiles, planche du tome 1 © Bamboo / Holgado  / Scotto / Stoffel / Bouet / Marko / PagnolSon trait élégant redonne vie au Paris des années folles alors que, tranchant avec le style de celles des précédents tomes, la couverture s’avère particulièrement élégante…

Serge Scotto et Eric Stoffel poursuivent leurs adaptations des œuvres de Marcel Pagnol, s’attaquant pour l’occasion à une œuvre fort logiquement méconnue puisqu’il s’agit d’un film inachevé et détruit par l’auteur pour ne pas collaborer avec les services de propagandes allemands… Mais aussi, peut-être, parce qu’il marque la fin de sa liaison tumultueuse avec Josette Day, l’actrice principale du film…

Pleine de charmes et de poésie, cette comédie romantique s’avère pour l’heure légère et entraînante sans que l’on sache ou cet amour va conduire nos deux tourtereaux… Mais on se doute que leur ciel se couvrira de gros nuages lourds… Leur amour sera-t-il assez fort pour résister aux tempête qui s’annoncent ? Suite et fin dans le prochain tome…


Étoiles, je ne suis qu’une fille perdue, puisque je n’aime pas celui qui me nourrit et que je l’accepte à mes côtés… Il m’a donné mille cadeaux, mais de cet homme qui m’adore, chaque cadeau est une gifle ! Etoiles, donnez-moi celui de qui chaque gifle serait un cadeau…

Dites-lui que je l’attends !... Je ne vous demande pas d’être adorée, mas faites que je l’aime. Et quant à lui, donnez-lui seulement la patience de supporter mon grand amour… Car l’unique et noble richesse, ce n’est pas l’amour qu’on inspire, c’est celui qu’on a dans le cœur…

Mais dites-lui qu’il vienne vite, parce que je n’ai plus de courage, que le désir d’aimer m’étouffe et que les nuits de mes vingt ans sont si noires de son absence.La prière aux étoiles de Florence

Chronique by Le Korrigan