★★★★★ Onirique-fiction
Sélénie, planche de l'album © Delcourt / Lebeault / LoféDans un futur lointain, la Terre a été ravagée par le sinistre Antacyclès, un envahisseur extraterrestre… Réfugiée sur la face cachée de la Lune, une petite communauté terrienne se divise sur l’opportunité d’envoyer une mission sur leur planète d’origine lorsqu’un vaisseau s’écrase non loin de leur base…

Sélénie, Méliès et Verne, trois jeunes personnes élevées par l’intrigant Cacochyme et dotées d’étranges pouvoirs, décident de partir en expédition à bord d’un étrange véhicule pour retrouver l’épave… Ils l’ignoraient encore leur aventure allait lever le voile sur les véritables raisons de leur présence sur cette base lunaire…


Tant qu’il restera le rêve…
Superbement composée, la couverture est de celle qui intrigue autant qu’elle titille notre imaginaire… Tant et si bien qu’il est bien difficile, sinon impossible, de voir l’album sur un étal sans avoir une envie de le feuilleter… D’autant que le nom de Fabrice Lebeault qui nous avait charmé avec son Horologiom avant de nous envoûter avec son hallucinant Mangeur d'Histoires y figure en belle place…
Sélénie, planche de l'album © Delcourt / Lebeault / Lofé
Dès les premières pages, on est littéralement happé par l’univers baroque délicieusement rétrofuturiste et fortement teinté d’onirisme que l’auteur parvient à mettre en place avec un talent saisissant… Par petite touches, il compose un monde foisonnant peuplé d’une faune interlope et de personnages haut en couleur qui semblent s’inspirer d’œuvres fictionnelles dont on devine qu’elles ont dû charmer l’enfant que fut Fabrice Lebeault et contribuer à forger son imaginaire… Mais la force de l’album réside dans le fait que le lecteur peut investir cet univers onirique et le nourrir avec son propre imaginaire, croyant déceler çà et là des références qui peut-être n’existent que pour lui… Car si on reconnaîtra sans peine Charlie Chaplin dans l’inquiétant Charpin ou plusieurs références l’œuvre d’Hergé disséminés avec malice dans les pages de l’album, d’autres verront peut-être certains traits olriciens dans le Major Hitlini (sorte de synthèse d’Hitler et de Mussolini) ou des ressemblances entre Meliès et le Little Nemo de Winsor McCay…

Sélénie, planche de l'album © Delcourt / Lebeault / LoféMais si l’univers est à lui seul envoûtant et plein de charmes, il est avant tout le cadre d’un récit aussi brillant qu’inventif qui se cristallise autour du personnage de Cacochyme dont on devine qu’il cache de bien sombres secrets… Orchestré avec finesse, le scénario est une petite merveille de conception avec une fin délicieusement impromptue en forme de vertigineuse mise en abîme... Et si la thématique post-apocalyptique aurait pu donner lieu à une histoire sombre et désespérée, l’album s’avère particulièrement lumineux et porteur d’espoir, agissant comme une échappatoire à la morosité ambiante qui plombe notre quotidien depuis de trop longs mois…

Porté par les somptueux aplats de Greg Lofé, subtilement rehaussés d’une touche de couleur, le dessin de Fabrice Lebeault est au diapason de son récit d’onirique-fiction. Son trait semi-réaliste s’avère être d’une rare élégance et donne vie à une galerie de personnages envoûtants et de créatures lunaires improbables puisée dans l’imaginaire collectif ou sortis de l’imagination débridée de Fabrice Lebeault… Si le style tirant vers la ligne claire évoque le travail d’Hergé, auteur qui entraîna lui aussi ses héros sur la Lune, certains planches ou éléments graphiques ne sont pas sans évoquer l’œuvre du génial et regretté Moebius…
Sélénie, planche de l'album © Delcourt / Lebeault / Lofé
Avec Sélénie, Fabrice Lebeault, auteur du remarquable Mangeur d'Histoires, signe un album d’onirique-fiction plein de charmes et de poésie…

Particulièrement envoûtant, son trait semi-réaliste nous entraîne dans un univers baroque et poétique où se mêlent et s’entremêlent de nombreuses influences savamment digérées… S’amorçant comme un récit de science-fiction, il happe le lecteur des les premières pages et l’entraînera hors des sentiers battus pour une aventure lunaire à plus d’un titre et qui s’avère tout aussi solidement charpentée que finement orchestrée…

Ce nouvel album de Fabrice Lebeault est un petit bijou d’inventivité complété par un somptueux cahier graphique qui nous permet de mieux prendre la mesure du talent d’un auteur trop rare… C’est vraiment à regret que l’on quitte ces personnages et cet univers si singulier tant on serait bien resté quelques temps encore sur la face cachée de la Lune…


- Quoi ?
- Ben, vous savez bien.
- Ah, non, encore ? Mais je t’ai déjà raconté cette histoire des dizaines de fois !!
- Allez quoi, s’il vous plaît monsieur Cacochyme !
- Bien ! Tu me promets de me laisser tranquille après, hein !
- Promis !!
- Bon, eh bien, euh, voilà… Il y a très longtemps, après maints conflits, la Terre était devenue une planète où les hommes vivaient en paix…dialogue entre Cacochyme et Meliès

Chronique by Le Korrigan