★★★★☆ Un western pulp sous acide
Gun Crazy, planche du tome 2 © Glénat / Jef / Steve DEngagé par l’archevêque de Houston pour dessouder John St Pierre, un serial-killer de pédophiles, Superwhiteman, un salopard raciste ET extrémiste n’hésitant pas à faire quelques entorses à son code moral nauséabond, débarque à Las Vegas, cité de tous les vices, sans savoir qu’il est lui-même la cible de St Pierre…

Dolly Sanchez et Lanoya O’Brian ont de leur côté été engagées par Yakub Dreamovitch pour refroidir le suprémaciste blanc en collant moule-burne et en cagoule du Klan contre le petit pactole dont elles ont besoin pour semer la DEA et tracer vers la Suisse pour toucher les trois milliards de dollars que son narcotrafiquant de père de Dolly a planqué sur un compte numéroté avant de se faire descendre…

Pour compliquer une situation déjà bien épineuse et potentiellement explosive, le sergent Nolti etCountry Joe, son cleps un brin dérangé, débarquent à Las Vegas à la recherche d’un type en collant blanc moule-burne avec qui il a eu maille à partir…


Dolly & Lanoya Unchained
Si le scénario violent et déjanté du mystérieux Steve D. est clairement un hommage au films des années 70-80 (mais sur VHS !), c’est bien du côté de Quentin Tarantino et dans sa formidable capacité à mettre en scène d’ignobles salopards qu’il faut chercher la principale source d’inspiration…

Gun Crazy, planche du tome 2 © Glénat / Jef / Steve DGun Crazy nous entraînent dans une Amérique trumpiste totalement ravagée… Prenez tous les travers des Etats-Unis : le deuxième amendement, la violence exacerbée, le capitalisme forcené, le racisme décérébré, le sexe, la société du spectacle, la loi du talion, la drogue, les préjugés nauséabonds, le K.K.K., la mafia, la religion, la crétinerie crasse, la bien-pensance… balancez tout dans un shaker, rajouter une bonne dose d’humour corrosif et irrévérencieux et des dialogues cinglants et percutants pour lier le tout… Secouez sauvagement et servez frais avec un trait d’hémoglobine… et s’il y en a un peu plus, pas grave, rajoutez-en !

un killer grandeur nature à balle réelle ET explosive
Le premier opus nous présentait un à un chacun des protagonistes de ce western pulp et moderne sous acide (noir ou blanc ?). S’ils s’y croisaient presque anecdotiquement, on devinait qu’ils étaient appelés à se revoir et que leur rencontre serait particulièrement sanglante et explosive… Mais on était bien en deçà de la vérité ! Car dans ce jeu de massacre où chacun doit tuer quelqu’un, peu en sortirons indemnes !

Jef semble s’en être donné à cœur joie avec cette série jubilatoire… Le dessinateur du glaçant Deux Hommes en Guerre, du captivant Géronimo ou du sombrement mélancolique [url=http://sdimag.fr/index.php?rub=0&art=Affiche_Fiche&aff_param=2&ID=3508#2273]Balles Perdues nous livre une fois encore une partition très inspirée… Difficile de ne pas être impressionné par ses compositions virtuoses… Ce qui surprend tout d’abord c’est la colorisation très seventies qui opère comme la musique d’un film et confère une identité graphique forte à la série… Dans la composition de chaque planche aux cadrages soignés et percutants en passant par une gestion de la lumière très photographique, on sent l’amour du cinéma qui anime les crayons de l’artiste… L’ombre de Mœbius fait plus que planer dans certaines cases, comme si Jef rendait hommage aux créateurs, cinéastes ou dessinateurs, qui ont nourrit son imaginaire et transmis l’amour de l’image, fixe ou animée… Son trait est tout à la fois élégant et nerveux et le dessinateur fait montre d’une inventivité débridée dans le découpage des scènes d’action, cinglantes et percutantes…

Gun Crazy, planche du tome 2 © Glénat / Jef / Steve DLa lecture de l’album est délicieusement interrompue par des pages publicitaires, l’intervention d’une charmante speakerine, des messages à caractères légaux ou informatifs ou des soucis techniques qui évoqueront quelques souvenirs à ceux qui ont découvert de grandes œuvres cinématographiques sur K7 VHS… (oui, cela ne nous rajeunit pas !)

Steve D. et l’incroyable Jef poursuivent et parachève leur road-trip sous acide…

Dans ce western moderne et irrévérencieux, le mystérieux Steve D. et Jeff nous invite à découvrir la face sombre et tragique de l’Amérique de Donald Trump tout en rendant hommage au cinéma et à la BD des années 70… Dessin follement nerveux, découpages ciselé d’inspiration cinématographiques, répliques dores et déjà cultes, improbables salopards, couleurs hallucinées et scénario tarantinesque sont au programme de ce second tome plus caustique, mordant, sanglant et violent que l’était le premier…

Il n’y a plus qu’a attendre une suite, voir l’adaptation de la série au grand écran par Quentin Tarantino himself (on peut toujours rêver)… Perso, j’attends sa sortie en VHS avec la plus fébrile des impatience ! smiley


- Je sais qui vous êtes. J’ai une proposition à vous faire. Un million de dollars pour me laisser approcher de l’Archevêque de Houston et de trois de ses secrétaires particuliers.
- Un million de dollars, ça sonne pas mal à mes oreilles. Mieux que Céline Dion.
- En plus j’accepte de vous laisser la vie sauve.
- Tu acceptes, toi, de me laisser la vie sauve ?dialogue entre St Pierre et Superwhiteman

Chronique by Le Korrigan