★★★★☆ L’aube d’une ère nouvelle
Androides, planche du tome 10 © Soleil / BrionFévrier 2073. Des scientifiques en mission dans une base lunaire découvre qu’un astéroïde s’apprête à les frôler… Sous l’effet de fronde gravitationnelle, il va être précipité vers la Terre et causer un cataclysme d’une envergure supérieure à celui qui causa il y a des millions d’années la disparition des dinosaures…

Alors que leur planète d’origine a été ravagée, les scientifiques décident d’envoyer sur Terre l’androïde Darwin pour tenter de trouver un moyen de les rapatrier… Mais la société humaine a basculé dans le chaos et sa mission semble promise à l’échec… Dans le même temps, plusieurs avaries successives compromettent les chances de survie de la mission lunaire et les morts suspectes se multiplient, laissant peu à peu place à la paranoïa…


Un scénario de SF post-apo efficace et somptueux
Nous avions découvert l’incroyable talent d’illustrateur d’Alain Brion avec l’envoûtant Excalibur – Chroniques… Et c’est avec plaisir qu’on le retrouve, pour la première fois seul maître à bord, avec ce one-shot d’Androides, une série-concept d’anticipation et de sciences fiction particulièrement addictive…

Androides, planche du tome 10 © Soleil / BrionJoliment maquettée, la couverture donne un somptueux aperçu de son confondant talent… Mais ce sont surtout ses planches et sa façon envoûtante de sculpter la lumière qui impressionnent… Son découpage lui donne l’occasion de nous offrir des visuels particulièrement impressionnants et des effets spéciaux tout juste dingue… Si l’atmosphère oppressante qui règne sur la base lunaire devient de plus en plus étouffante, c’est surtout sa façon de retranscrire l’ambiance post-apo qui règne sur terre qui force l’admiration et contribue à rendre le récit tellement immersif…

Mais son somptueux dessin est au service d’une histoire chorale remarquablement bien écrite, avec des séquences qui s’alternent, se complètent et s’enrichissent… Si on sent que le récit aurait gagné en ampleur avec une pagination plus généreuse, le scénariste fait montre d’un indéniable talent d’écriture, composant des personnages très intéressants qui sont le moteur même de l’action. Parmi eux : le Docteur Irina Chichkina et Darwin… La première, traumatisée par le désastre annoncé, ne peut supporter l’idée de dire adieu à sa fille et sombre dans la paranoïa quand la base lunaire qui se transforme en cette fameuse île où Agatha Christie fit se dérouler ses dix petits nègres, l’épée de Damoclès de l’épuisement des ressources en plus… Le second, un androïde expérimental doté d’un certain libre-arbitre et qui défie, de fait, les lois de la robotique formulées dès 1942 par Isaac Asimov et John W. Campbell… Ce changement de paradigme donne lieu à des scènes intenses et déstabilisantes qui constituent l’une des grandes forces de l’histoire. Si la tension ne fait que s’accroître au fil des pages, le final ébouriffant démontre une parfaite maîtrise de son récit par un « jeune » scénariste qui avait déjà fait montre de ses talents de dessinateur…
Androides, planche du tome 10 © Soleil / Brion
Après nous avoir envoûté avec son travail graphique dans Excalibur Chroniques, le talentueux Alain Brion revient, seul à la barre, pour un récit d’anticipation s’intégrant dans la captivante série-concept Androides.

L’album nous propose un récit choral savamment orchestré qui voit des scientifiques d’une base lunaire isolés après qu’une météorite ait ravagé la planète Terre… Leur seul espoir réside en Darwin, un androïd expérimental capable de libre-arbitre envoyé sur Terre pour tenter de leur envoyer un vaisseau de secours… Mais la paranoïa se développe sur la Lune alors que les scientifiques meurent un à un dans de mystérieuses circonstances…

Graphiquement somptueux, Darwin donne la mesure du talent de dessinateur d’Alain Brion qui compose des planches somptueuses truffées de visuels époustouflants…


- Docteur, quel sens donnez-vous à votre vie en général ?
- Waw… rien que ça ? Devenir éboueur te rend philosophe hein ? Il y a près d’un siècle, un écrivain a répondu 42 à ta question…
- 42 ?
- Ne cherche pas à l’analyser, tu vas bugger.
- Seriez-vous ne train de tester mon humour docteur ?dialogue entre le Docteur Irina Chichkina et Darwin

Chronique by Carabin