★★★★☆ Jeux de l’amour et du pouvoir
Cléopâtre, la Reine fatale, planche du tome 4 © Delcourt / Mouclier / GlorisAprès la mort tragique de César, Cléopâtre doit fuir Rome avec son fils, Césarion… Après avoir rétabli son autorité dans un Egypte en proie à la famine… A Rome, Octave et Marc-Antoine vengent César en vainquant Brutus. Mais, en lutte pour le pouvoir, les alliés d’hier vont devenir les ennemis de demain… Les deux Triumvir se partagent l’Empire mais tous deux savent que leur pacte ne durera qu’un temps…

Après des débuts difficiles, Cléopâtre et Marc-Antoine apprennent à se connaître mais l’amour et le sexe ne font pas toujours bon ménage avec la diplomatie et la soif du pouvoir… Alors que les Parthes lancent une offensive d’envergure sur l’Egypte, Octave rechigne à envoyer des renforts, laissant Marc-Antoine subir de lourdes défaites…


Une fresque antique violente et sensuelle
Après avoir signé les premiers albums avec Marie Gloris, c’est seul que Thierry Gloris poursuit sa fresque antique mettant en scène l’une des reines les plus emblématiques de l’histoire de l’humanité… Cléopâtre, la Reine fatale, planche du tome 4 © Delcourt / Mouclier / GlorisD’elle, le grand public ne sait que peu de chose : elle fut la maîtresse de César puis de Marc-Antoine et si son nez eut été autre, la face du monde en aurait été changé…

Cléopâtre, la Reine Fatale nous entraîne dans les coulisses du pouvoir et dans les jeux diplomatiques complexes et dangereux qui ont suivi la mort du divin César… Alors que Cléopâtre a établi son autorité sur l’Egypte éternelle, l’héritière de Ptolémée sait qu’elle doit pactiser avec Rome pour asseoir durablement son autorité et sa dynastie… Libre, intransigeante, cruelle et impitoyable, elle sait se faire sensuelle lorsqu’il s’agit de charmer Marc-Antoine, utilisant avec art la vanité et le goût du luxe du romain pour faire de lui une marionnette dont elle tire les ficelles avec doigté. Le puissant romain aurait-il eut le prestige qui fut sien sans avoir côtoyé une telle reine ?

Joël Mouclier fait une nouvelle fois montre de ses talents de dessinateur. Structurées avec soin et rehaussée par une mise en couleur aussi somptueuse que lumineuse, ses planches sont de toute beauté. Cléopâtre, la Reine fatale, planche du tome 4 © Delcourt / Mouclier / GlorisSon encrage délicat et ses cadrages audacieux rendent la narration particulièrement fluide et nous offre des visuels somptueux, tels ces visions hallucinées de Marc-Antoine ou ses costumes et ses décors égyptiens magnifiquement retranscrits…

Thierry Gloris et l’impressionnant Joël Mouclier poursuivent leur formidable récit qui nous entraîne dans l’antiquité, au cœur des luttes de pouvoir qui déchirèrent le monde romain après la mort de Jules César…

Au fil des albums, les auteurs composent et complètent le portrait saisissant d’une Reine célèbre et pourtant méconnue du grand public. Basé sur une solide documentation et porté par un dessin puissant et des couleurs aussi somptueuses que lumineuses, ce quatrième opus nous entraîne dans les jeux de l’amour et du pouvoir auxquels se livrent Cléopâtre et Marc-Antoine…
Les acteurs sont en place, le dernier acte, tragique et romanesque, peut désormais se jouer…


- Tu es une merveilleuse conteuse, Cléopâtre. Tes mots s’animent dans mon esprit comme si j’y étais.
- Je suis une déesse, ma magie irradie de moi.
- Ha ! Ha ! Voilà donc le secret de ton emprise sur César ! Des sortilèges !
- Non, César n’aimait que sa propre grandeur. Je n’étais qu’un outil dans la construction de sa légende. C’était un homme seul. Cela a causé sa perte.
- Mais toi, Marc-Antoine, que désires-tu en ce monde ?dialogue entre Marc-Antoine et Cléopâtre
Chronique by Le Korrigan